stage aromatherapie solaure octobre 2013

La distillation et le labo

La rencontre en 1987 d’Henri Viaud, précurseur dans le domaine des huiles essentielles mais surtout des hydrolats, nous oriente vers la transformation par la distillation. Notre installation dans le Diois, région traditionnelle de distillation, nous permet de nombreux échanges avec des anciens. Fleury Orand, distillateur passionné, accepte que l’on remette en marche ses alambics.

Aujourd’hui, quatre alambics en cuivre revivent dans notre distillerie.

Procédé

Le procédé est un entraînement à la vapeur d’eau lent et prolongé.
L’essence est une sécrétion naturelle des plantes contenue dans des micro-poches. Celles-ci, selon les plantes, peuvent se trouver dans les fleurs, feuilles, graines, tige, bois, aiguilles et racines.

L’art de la distillation utilise les éléments fondamentaux de l’univers : l’eau, l’air, le feu, le métal. Le principe est de faire passer un courant de vapeur à travers la plante de bas en haut. L’action de l’humidité et de la chaleur fait éclater les poches à essences et libère les essences volatiles ; au contact de l’humidité de la vapeur, ces essences voient leur composition se transformer, elles deviennent alors huiles essentielles. Au passage dans un serpentin de refroidissement elles se condensent en un mélange d’eau florale (ou hydrolat) et d’huile essentielle. Les deux éléments se séparent par différence de densité, dans l’essencier. La conduite de la distillation doit respecter les 3 phases d’extraction tête, corps et queue permettant d’extraire la totalité de l’essence.

La distillation respecte le cahier des charges du Syndicat des SIMPLES (nos garanties de qualité), les plantes sont distillées fraîches, préfanées ou sèches.

Nous sommes attentifs au stade de maturité, aux conditions météorologiques (absence de vent et d’humidité), aux bonnes conditions de stockage (à l’ombre et bien ventilé), ce qui nous garantit une qualité optimum des plantes. En effet, les conditions météorologiques et le stade végétatif peuvent modifier la composition biochimique et les rendements.

Qualités de distillation

Une vapeur sèche grâce à la chaudière indépendante de la cuve qui contient les plantes.

Des plantes entières ou broyées, tassées dans la cuve, pour permettre un passage lent de la vapeur en basse pression.
Une durée de distillation différente selon les plantes afin d’extraire la totalité des composants volatiles.

L’analyse en chromatographie des huiles essentielles nous permet de connaître la composition et le chémotype. Certaines plantes appartenant à la même espèce botanique présentent des compositions différentes en fonction du biotope (altitude, terrain, exposition). Il en résulte des propriétés différentes.

Exemple : le thym, thymus vulgaris à linalol, thymus vulgaris thuyanol
Les hydrolats sont très concentrés, nous gardons de 1 à 2 l d’hydrolat par kg de plante fraîche distillée.

Le laboratoire cosmétique

Crée dès 1992 afin de valoriser les plantes récoltées sur la ferme, le labo poursuit la démarche de qualité mise en place pour les plantes.
La totalité des matières premières sont locales et en agriculture biologique (cahier des charges Nature & progrès)

  • plantes et produits de la ruche de la ferme
• huiles végétales : Olive de Nyons, de chanvre du Trièves et de
tournesol de Chabeuil.
• formulation traditionnelle. Cérat de galien, macérations
solaires, …
• pas de suremballage

Cet atelier cosmétique a pu se mettre en place grâce au parcours professionnel de Claire. Ingénieur agricole, formation en herboristerie à l’Ecole de Lyon et deux années salariée dans le laboratoire cosmétique Purissime.
Nous recherchons en permanence à améliorer nos formulations et la cohérence écologique de nos produits.

Ferme en agroécologie – Plantes et bien-être